La petite soeur

Publié le

La petite soeur

Je suis la deuxième, nous avons 5 ans d’écart. C’est 5 ans ne m’ont jamais gênés, je n’ai pas eu ce manque, je ne me suis pas dit que nous n’étions pas assez complices.

Nous avons grandit au milieu d’autres enfants, dans un petit HLM où tout le monde se connaissaient. Rarement, nous nous sommes fâchés, bagarrés, je crois même jamais.

Mon frère, mon modèle.

Petite, j’ai vécu « de loin » ce qui lui arrivait et était comme spectatrice sans pouvoir etre actrice.

A 15 ans, comment parler à une gamine de 10 ans ? c’est compréhensible.

Pour moi, il a toujours fait les bons choix.

La place du deuxième enfant, c’est moi qui l’avais et je ne pense pas qu’il puisse imaginer ce que j’ai ressenti.

Ce que j’ai ressenti à certains moments n’est peut être que MON ressenti justement, peut être que ce n’est pas vrai. Il n’y avait pas vraiment de comparaison entre nous, mes parents n’ont jamais fait de différences mais les mots étaient par moment mal choisi.

Mon frère, j’en suis fière.

Le premier petit enfant à porter le nom de la famille, celui qui réussit tout.

Moi, la chieuse, qui petite, ne faisait que hurler à cause du lait que je ne supportais pas.

Lui, c’est la réussite

Moi, c’est la galère. Pour les parents, j’étais un peu la « Tanguy » de la maison, des études longues qui ne débouchent sur rien, toujours chez papa/maman.

Le boulet de la maison, c’était moi.

Lui, de bonnes études, une carrière.

Pourquoi ai-je ressenti ça ?

Peut être parce qu’il est parti tôt de la maison

Peut être parce qu’il manquait énormément à mes parents, qu’ils avaient besoin de parler de lui souvent.

On ne sait pas ce qui se passe dans la tête d’un enfant et moi même je me demande pourquoi je me suis toujours sentie « moins bien « que lui. Si j’ai une deuxième enfant un jour, j’essaierai mais je sais que certains mots seront interprétés sans que je n’ai donné de sens négatif. Et s’ils m’avaient dit plus souvent « on est fière de toi », « continue c’est bien », juste des encouragements…Si mon frère m’avait dit la même chose…

Aujourd’hui, nous avons tout les deux notre vie, on s’aime très fort, mais je ne peux m’empêcher d’imaginer ce qui aurait pu être différent, j’aurai surement eu plus confiance en moi.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

Confidences de maman 14/08/2013 11:02

Bien qu'ils soient encore petits, nous faisons très attention à ce qu'aucun deux n'est le sentiment d'être moins que l'autre.