Rien ne va plus à la maison, notre équilibre menacé

Publié le par AurelieEmmaman

On veut son bonheur et pourtant, en ce moment on a vraiment l'impression de ne pas y arriver. Rendre heureuse notre fille, c'est notre priorité. On ne s'oublie pas, on vit pour nous aussi mais en devenant parent, le bonheur de notre enfant prime.


Trop de changements, trop de bouleversements. Je ne pensais pas que cela allait la toucher autant. Je ne reconnais plus ma petite fille d'habitude si expressive, si enjouée. Elle est très sensible au changement depuis toute petite. J'en veux pour preuve son bégaiement qui apparaît et disparaît au gré des événements.


Il y a d'abord notre changement de rythme. 

 

Je suis à la maison depuis juillet. Je l'amène à l'école et vais la chercher. Je l'amène chez la nounou certains après midi pour que je me repose. Je vais la chercher le soir. Son papa commence souvent plus tôt le matin, 7h30. Elle ne le voit pas. Le midi quand il rentre, le timing est serré. Et le soir, en finissant à 20h, elle ne le voit qu'environ 30 minutes.

Et elle réclame son papa a longueur de journée en me posant ces questions remplies d'innocence "il est où papa?" "Qu'est ce qu'il fait papa?", "pourquoi il travaille beaucoup? ". Elle le sait pourtant mais me répète insatiablement la même chose tout les jours.
Je suis plus présente qu'avant mais aussi moins disponible pour elle. Je culpabilise de ne pas avoir pu profiter du jardin avec elle cet été pour jouer au ballon, courir dans l'herbe. Je culpabilise de ne pas pouvoir la porter et la serrer fort contre mon coeur. Je culpabilise de la laisser chez la nounou malgré tout. C'est le lot de toutes les mamans.


L'arrivée de sa petite soeur la perturbe aussi.

 

Même si elle est contente, elle montre quand même son angoisse liée à l'amour qu'on lui porte. Je la rassure du mieux que je peux. Je lui explique avec ses mots d'enfants ce qu'il se passera.
Bref, on a l'impression de tout faire pour que tout se passe bien mais le résultat escompté ne vient pas. Elle bute de nouveau sur les mots. Elle n'est plus aussi joyeuse. Elle devient triste d'un coup, le visage vers le bas avec son doudou dans le cou. Elle nous dit "moi je suis triste" sans savoir expliquer pourquoi.


Je déteste la voir comme ça. Et encore une fois je me sens impuissante face à ça.
Être encore plus présents? C'est la seule solution que nous avons trouvé.

Rien ne va plus à la maison, notre équilibre menacé
Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

Pimpiche 06/10/2015 09:07

Courage. L'important est de l'accompagner et de verbaliser tout ça. Peut-être l'arrivée de la petite sœur mettra un point final à toute cette tristesse... Bises

monica 06/10/2015 08:20

Oh ptit coeur...ca fait de la peine de lire ca. Je suis sure que tu fais tout ce qu il faut...cest simplement une phase de transition. Courage