Des souvenirs plein la tête

Publié le par AurelieEmmaman

J'ai le vague à l'âme et des souvenirs d'enfance qui envahissent mes pensées. J'aime raconter à mon homme ses souvenirs de lorsque j'étais petite, des belles gamelles aux vacances en famille. Il y a des choses qui m'ont marqué et qui, je pense, resteront gravées à jamais.

Je repense à tout ça parce que je me demande si ma fille passera autant de bons moments que moi. Aura t'elle ses souvenirs qui font sourire, qui rendent nostalgique, qui rendent heureux?

J'ai grandi dans un petit HLM de trois étages dans un village de 3600 habitants. Petit! Dans cet HLM, tout le monde se connaissait. Il y avait beaucoup d'enfant, quasiment tous du même âge. Je me souviens de Vanessa, ma voisine de palier, de mes cousins et cousines, de Rémi, de Cédric. Tous font parti de mon enfance. Cela m'a aidé à grandir, je n'étais pas isolée, pas seule dans un lotissement ou une maison à la campagne. Je ne dis pas que ce n'est pas bien d'y vivre puisque je n'ai pas connu ça. Je me demande si ma fille aura autant de bons souvenirs dans une maison en lotissement (là où nous faisons construire).

Mon homme, lui, ne se pose pas ces questions là puisqu'il a vécu dans un lotissement sans copains. Enfin il en avait, mais pas dans son quartier.

Je me souviens des balades à vélo, des cascades qui vont avec. Je me souviens de ces après-midis avec ma copine de palier ou l'on attendait l'avion dans lequel se trouvait notre amoureux. Je me souviens des parties de pétanque le soir jusque tard dans la nuit, je me souviens des cabanes, des parties de foot.

Ce quartier n'est plus le même. Aujourd'hui, plus personne ne se connaît. C'est du chacun pour soit. Dans l’appartement où je vivais, il y a quelques années, un petit garçon est décédé sous les coups de ses parents. Que c'est triste! Là où j'ai tant de bon souvenir, cet endroit s'est transformé en lieu de torture pour ce petit ange.

Tout a changé, la société a évolué. Les gens ne se disent plus bonjour, se croisent sans lever la tête, s’épient à travers les rideaux.

Ma fille aura sûrement des copines à l'école. Elle aime tellement aller vers les autres enfants mais ne sait pas encore comment s'y prendre. Sans savoir s’exprimer correctement, c'est un peu compliqué. Je suis sur que plus tard, elle sera une vrai pipelette, elle demandera "comment tu t'appelles? Tu veux être ma copine?".

J'ai plein de souvenirs d'enfance, j'ai gardé les bons et mis de côté les mauvais. J'espère qu'il en sera de même pour Emma, et qu'elle racontera ces moments qu'on aura partagé ensemble.

Des souvenirs plein la tête

Commenter cet article